Destyneo

Comment les français ont-ils appréhendé le télétravail pendant le confinement ?

Depuis mi-mars 2020, de nombreux salariés ont été mis en télétravail, suite à l’annonce du confinement de la population, dans la lutte contre la pandémie Covid-19. Les personnes concernées sont les cadres et les employés de bureau qui ont des postes ne nécessitant pas forcément une présence physique en entreprise.

N’étant pas en poste actuellement, je n’ai pas pu vivre cette « longue » expérience du télétravail. Alors j’ai souhaité mener l’enquête autour de moi, pour savoir comment mon entourage a vécu, ou vit encore, ce nouveau mode de travail. J’ai récolté les données au cours du mois de mai 2020 et j’ai obtenu tout de même une trentaine de réponses en 15 jours.

  • 61% de femmes, 39% d’hommes,
  • les deux tiers n’ont pas d’enfants,
  • les personnes sont de toutes les tranches d’âge,
  • travaillent principalement dans le secteur industriel ou des services,
  • dans tous les domaines mais avec une dominante commercial et finance,
  • et essentiellement dans les grandes entreprises françaises ou étrangères.

Ce télétravail, imposé par mesures de sécurité, n’a pas mis tous les salariés sur un même pied d’égalité. En effet, si certains ont été plus ou moins bien préparés au travail à distance avant cet événement inhabituel, d’autres salariés n’avaient jamais pu expérimenter cette façon de travailler auparavant.

Dans le sondage que j’ai mené, un peu plus de la moitié des répondants avait déjà pu travailler à distance de manière ponctuelle et en accord avec leur responsable.

Ceci est très souvent encadré par l’instauration d’une charte de télétravail et des formations par exemple.  

Préparé ou non, le télétravail a-t-il été bien vécu pendant ces deux derniers mois ?

Plusieurs éléments positifs ressortent du sondage que j’ai effectué.

94% des répondants sont satisfaits de la liberté organisationnelle en termes de planification de leur travail.

75% des personnes consultées sont satisfaites du management à distance. Plus d’autonomie pour les salariés ? Plus de confiance de la part des responsables ? Cependant, les relations se sont tout de même dégradées entre les managers et les salariés, pour 17% des responsables, par rapport à l’avant confinement.

Peut-être qu’une formation au management à distance les aiderait à mieux accompagner et dynamiser leurs équipes ?

75% des personnes interrogées mettaient plus de 15 minutes pour se rendre sur leur lieu de travail et sont donc satisfaits du gain de temps par rapport au trajet domicile-travail.

Outre ces quelques avantages, l’enquête a pu mettre en évidence de nombreux points d’amélioration.

Le plus gros point d’amélioration concerne le mobilier. Deux tiers des personnes interrogées sont insatisfaits de l’aménagement de leur espace de travail.
Si le télétravail venait à perdurer, les entreprises devraient-elles aménager bureau, chaise ergonomique et tout le matériel nécessaire manquant chez chacun de leur salarié, afin qu’ils puissent travailler dans des conditions de sécurité et de santé acceptables ?

53% des employés sondés évoquent des problèmes liés à la sédentarité et à l’éclairage.

Les postes en télétravail sont, à la base, très sédentaires. Cette sédentarité est donc accentuée par la diminution drastique des déplacements pour se rendre sur son lieu de travail ; au sein de son entreprise lorsque l’on se rend dans un bureau, dans une salle de réunion ou dans un restaurant d’entreprise. Ceci peut alors développer davantage de problèmes de santé sur l’ensemble du corps.
L’entreprise ne doit pas hésiter à sensibiliser ses salariés sur le fait de prendre des pauses afin de se dégourdir les jambes et de faire quelques étirements par exemple. Surtout que plus de la moitié des travailleurs ne prennent quasiment jamais de pauses ni en cours de journée ni même une plus longue pause pour déjeuner…

Concernant l’éclairage, un éclairage inadapté peut causer une fatigue oculaire, voir, des maux de tête. J’ai travaillé pour une société qui vend des luminaires et des systèmes d’éclairage donc je sais combien cet aspect est important. Vous pourrez trouver quelques conseils concernant l’éclairage et le travail sur ordinateur sur ce lien.

Entre 40 et 50% des salariés consultés sont insatisfaits des contacts avec leurs collègues, de l’accès aux documents de travail et du confort thermique.

Le contact avec les collègues peut être rendu plus difficile à distance. Certaines questions ou certains sujets traités rapidement à l’oral peuvent alors demander plus de temps et d’énergie. Les employés peuvent également ressentir un sentiment d’isolement avec comme seuls contacts non virtuels, la famille (dans le cas où la personne ne vit pas seul). L’être humain a besoin de créer du lien social. Cela se fait pendant le temps de travail mais également pendant les temps de pause informels et les « événements » entre collaborateurs (réunions d’entreprise, anniversaires, fêtes de Noël, after work, etc.). Ces pertes de contacts sociaux peuvent être source de problèmes psychologiques tels que la perte de motivation, l’anxiété, des troubles du sommeil, la dépression, etc. Les entreprises doivent être vigilantes sur ce point afin de prévenir des risques psychosociaux.

Certains salariés peuvent se sentir démunis à l’idée de travailler de chez eux sans les documents supports, les classeurs, les dossiers rangés dans les armoires de l’entreprise. Tout le monde n’a pas forcément pu, par manque de temps ou pour d’autres raisons, dématérialiser tous les documents de travail.

Le dernier point est à la fois étonnant et non. On pourrait croire que l’on est mieux chez soi, car entre ceux qui ont trop chauds et ceux qui ont trop froids, chez soi on peut régler la température comme on le souhaite et on n’a plus besoin d’aller baisser ou monter la température de l’open space, en discrétion lorsque l’on va aux toilettes. Alors quel est le problème ? Une mauvaise isolation ? Un surcoût des frais de chauffage ? L’absence de climatiseur ? Une ventilation de moins bonne qualité ?

Si la moitié des personnes qui ont répondues à l’enquête ne voient pas de changement à leur charge de travail, 44% constate une augmentation de leur charge de travail.

Cette surcharge de travail peut être notamment lié aux tâches supplémentaires créées par la pandémie (gestion de la santé et de la sécurité des travailleurs, gestion du chômage partiel, etc.).
Il faudrait toutefois surveiller ce point sur le long terme et si cela dure, peut-être penser à mieux coacher les salariés pour une meilleure organisation de leur travail dans la journée, ou répartir les tâches vers d’autres collaborateurs, ou encore embaucher une personne supplémentaire si cela devient vraiment ingérable.

Moins de 40% des travailleurs interrogées sont insatisfaits de leurs outils de travail informatiques et de la performance de ces outils. Il est vrai qu’il est plus confortable de travailler avec une bonne connexion, un deuxième écran et d’avoir à disposition une imprimante professionnelle, par exemple.
Encore une fois, si le télétravail venait à se généraliser, les entreprises devraient-elles fournir tout le matériel informatique nécessaire manquant chez chacun de leur salarié, afin qu’ils puissent travailler dans des conditions optimales ?

Seulement 64% des travailleurs sondés sont satisfaits des économies financières réalisées alors que 86% se rendent sur leur lieu de travail en voiture.

Ceci peut éventuellement s’expliquer par la perte ou la non utilisation d’avantages en nature (tickets restaurants, restaurant d’entreprise, véhicule de fonction, etc.).

Un tiers des personnes interrogées évoque des problèmes de concentration, d’efficacité, de motivation et sont insatisfaits des contacts qu’ils ont avec les personnes externes à l’entreprise (clients, fournisseurs, etc.).

Au travail, c’est l’open space qui est parfois source de déconcentration et d’inefficacité. A la maison, ce sont les réseaux sociaux, les enfants (selon leur âge), les tâches ménagères qui peuvent devenir des « éléments perturbateurs ». [Pour vous dire, j’ai eu du mal à trouver du temps pour rédiger cet article en m’occupant de ma fille (très demandeuse) de 8 mois…].

Comme évoqué ci-dessus, une mauvaise connexion, un matériel non optimal peut aussi causer des problèmes pour rendre le travail dans les délais et ainsi générer du stress.

La convivialité et l’entraide entre collègues peut être une source de motivation pour se rendre au travail le matin. A l’inverse, seul, face à un écran les relations peuvent être ressenties plus froides, lors des échanges d’email, et avec la perte des temps de pauses informels et des événements entre collaborateurs, comme décrit précédemment.

Enfin, négocier des contrats ou maintenir des relations durables avec des clients ou des fournisseurs 100% à distance, enlèvent une grande partie « plaisir ? » aux techniques de négociations (entretiens physiques avec différents interlocuteurs, visites de sites, déjeuners d’affaires, etc.).

28% des salariés sondés ont du mal à respecter leurs horaires de travail. Quand le travail s’invite à la maison, il n’est pas toujours facile de mettre les limites adéquates pour la bonne gestion de l’équilibre vie privée – vie professionnelle. Cependant, plus de 70% des travailleurs arrivent tout de même à « déconnecter » et respecter cet équilibre.

Comme nous avons pu le constater, il y a des avantages et des inconvénients à travailler à distance. Dans l’ensemble, 92% des salariés sondés vivent plutôt bien le télétravail, ce qui est quand même un bon signe par rapport à tous les points d’améliorations que l’on a pu mettre en évidence. Certaines personnes qui appréhendaient le télétravail m’ont remonté que ça leur a vraiment plu et d’autres personnes m’ont dit que c’était un vrai cauchemar.

Adopté par certains, rejeté par d’autres, est-ce que le télétravail va devenir la nouvelle norme de travail du XXIème siècle et le travail au bureau une exception ? Il est fort probable qu’une version hybride du travail émergera dans les prochains temps.

Pour ma part, en faisant le pour et le contre, je préfère me rendre sur mon lieu de travail s’il n’est pas trop loin (et que les collègues sont sympas) et garder le mode de travail du télétravail de manière occasionnelle, pour de nombreuses raisons développées ci-dessus.
Comme je n’ai pas pensé à demander si vous préférez travailler à distance ou au bureau, dans le sondage, n’hésitez pas à conclure en commentaire à la fin de l’article.

Si le sujet vous a intéressé et que vous souhaitez l’approfondir, je vous conseille de lire l’étude « Workanywhere – Le travail à distance est-il efficace ? », menée en avril 2020 et qui comporte un échantillonnage beaucoup plus large, avec plus de 6500 participants. Leur étude présentée en 38 pages (un peu longue mais plus visuelle) est bien faite et comporte des analyses croisées très intéressantes.

Afin de ne pas être influencée dans ma rédaction, j’ai lu leur enquête après avoir rédigé mon analyse. On retrouve quelques résultats similaires. Notamment, que les hommes préfèrent aller au bureau ? Vraiment très sensiblement, sur base des critères ci-dessous, j’obtiens un total de satisfaction de 46/80 pour les hommes et 51/80 pour les femmes.


Pour terminer, je vous propose quelques conseils pour entamer une journée de télétravail dans de bonnes conditions :

  • Instaurez un rituel matinal au choix de la même manière que si vous iriez au travail : sport, douche, habillement, mise en beauté, petit-déjeuner, etc.
  • Rendez-vous dans l’espace de travail que vous vous êtes aménagé
  • Adoptez une bonne posture pour éviter des douleurs (dos droit, bras et jambes à angles droits)
  • Allumez vos outils de travail et saluez vos collègues de travail
  • Essayez de respecter des horaires de travail que vous aurez défini à l’avance.
  • N’oubliez pas de faire une ou deux pauses pour vous hydrater et vous dégourdir les jambes. Vous pouvez même faire quelques étirements pour prévenir des douleurs musculosquelettiques.
  • Prenez une pause un peu plus longue à midi pour déconnecter : un bon repas, une petite ballade, un peu de sport, etc. A moins que vous ne préfériez travailler en continu et finir plus tôt.
  • Lorsque vous avez fini votre journée de travail, éteignez les appareils professionnels (téléphone, ordinateur), afin de ne pas être tenté de répondre à des mails ou de terminer un dossier, qui pourraient attendre.

Une réflexion au sujet de “Comment les français ont-ils appréhendé le télétravail pendant le confinement ?

  1. Pingback: Des mesures pour regagner la confiance du peuple | Destyneo

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *