Destyneo

Mesures pour regagner la confiance du peuple

Dans un article précédent j’ai listé un grand nombre de manquements de la part de l’Etat français. Il est bien de notifier les dysfonctionnements mais si on ne propose pas de solutions, cela ne sert pas à grand-chose. Voici donc des idées de solutions à mettre en place pour gérer la crise sanitaire, si pandémie il y a, et regagner ainsi la confiance du peuple français.

Droits fondamentaux et Economie

Arrêter d’enfermer la population, de la priver de se droits fondamentaux (pétition) en mettant fin au confinement partiel, ou au couvre-feu (pétition) qui n’est pas efficace (étude), est injuste envers les indépendants et non bénéfique pour notre santé.

Laisser les gens travailler avec les mesures d’hygiène et les gestes protecteurs, si la circulation du virus est forte.

Se reposer les bonnes questions quant au masquage forcé de toute une population partout et tout le temps (pétition). Ne nous présumons pas malades d’office et pour toujours. Les études se contredisent concernant l’efficacité des masques contre la propagation du virus. Le port du masque est inutile à l’extérieur, sauf éventuellement si la densité de population est forte. Trouver un juste milieu : imposer alors l’obligation du masque uniquement dans les lieux fermés ou en extérieur lorsqu’il y a du monde (marché, centre-ville), si la circulation du virus est forte et uniquement pour les personnes présentant des symptômes (cf. étude portant sur 10 millions de chinois). L’OMS indique qu‘il est très rare que les personnes asymptomatiques soient contaminantes. De nombreuses études montrent qu’ils ne servirait à rien. Sur de longues durées, il serait néfaste pour la santé.

Laisser les petits commerces ouverts. Car c’est plutôt dans les supermarchés qu’il y a le plus de contaminations puisqu’il y a plus de monde qui circule. (Pas chez le coiffeur ou l’épicerie du coin).

Ne pas interdire les sports individuelles dans lequel il n’y a pas de contacts physiques. Autoriser le sport collectif si pas de symptômes. Le sport est bon pour la santé.

Rouvrez les universités, les étudiants sont en grande souffrance psychique. Il est temps de les laisser reprendre une vie normale.

Donner des aides aux personnes qui ont sombrées dans la précarité à cause de la crise (intermittents du spectacle, indépendants ayant fait faillite, chômeurs en fin de droit, étudiants, etc.).

Effacer les dettes publiques que vous avez créées, sans notre consentement, pour financer les tests massifs, le chômage partiel, les plans de pertes d’exploitation, les vaccins, etc. Les conséquences de vos décisions ont créées beaucoup plus de tort que n’a sauvé de vie. Un pays c’est comme une entreprise et il a été mal géré. L’assouvissement du peuple à travers la dette est irrecevable puisque le peuple n’a pas été consulté. Il n’est pas normal de subir les conséquences des mauvaises décisions qui ont été prises. Si les budgets des hôpitaux n’avaient pas été réduits drastiquement ces dernières années, il n’y aurait pas le surcoût/contrecoup aujourd’hui. Si le virus avait circulé normalement, il y aurait une immunité collective. Des personnes auraient malheureusement perdu leur vie mais tout le reste aurait été intacte (éducation, santé mentale, écologie (masques, blouses, etc. =déchets), économie, etc.). Tout a été détruit! Les personnalités les plus riches de la planète, qui se sont enrichis encore plus pendant cette crise, doivent payer cette dette et non financer la dette avec une attente d’un remboursement avec intérêts.

Ne pas censurer les informations, laisser la liberté de penser, d’expression, de presse. Vous pouvez signer la pétition de FranceSoir, une autre pétition sur change.org et le manifeste pour la transparence de l’information et pour un débat public libre et ouvert..

Santé

Laisser les médecins soigner les gens, c’est leur métier. Et donner leur les moyens de le faire. Laisser les patients choisir leur traitement en connaissance de cause en leur proposant de signer une décharge par exemple (signez le manifeste). De nombreux experts ont amélioré le traitement à prescrire pour soigner la Covid. Il y a 192 études à l’appui. D’autres moyens thérapeutiques ont également fait leurs preuves et ont peu d’effets indésirables comparé aux effets indésirables de l’expérimentation génique (ivermectine, artemisia, colchicine, herbe à pik?, fluvoxamine, clofoctolérythromycine, clarithromycine, etc.). Voici un site qui recense les pays qui soignent et ceux qui n’utilisent pas les traitements précoces.
–> Découvrez le protocole de traitement en phase précoce du Covid préparé par l’association Bon sens, suite à la 2ème conférence de presse du conseil scientifique indépendant faisant partie du collectif « Laissons les médecins prescrire » (lien vers la 1ère conférence de presse).

Mettre en place des mesures préventives dans les populations à risques (protection focalisée). Un traitement précoce chez les personnes âgées présentant des comorbidités a fait ses preuves. Et le documentaire « Mal traités » indique que la prise de vitamine D réduirait de 50% les décès liés au Covid. La prise de vitamine C, où la consommation d’aliments en contenant, aiderait également à booster le système immunitaire.
Une étude réalisée en 2008 montre que les personnes décédées lors de la pandémie de 1918 ne sont pas mortes de la grippe mais de la synergie de la grippe avec d’autres infections notamment bactériennes. Il est logique que si le corps est déjà fragile ou malade, une agression supplémentaire peut être fatale, d’où la protection des populations à risques. Est-ce que le masque, « bouillon de culture », empêche ou favorise le développement de pneumonies bactériennes ?

Rouvrir des lits (pétition) et si ce n’est pas possible, utiliser les moyens que possèdent les hôpitaux privés voire l’armée. Apparemment, les hôpitaux privés sont déjà mis à contribution, alors pourquoi cela n’apparaît pas dans les statistiques ?

Le « vaccin » n’est pas la seule alternative. Nous pouvons tout simplement reprendre le cours de notre vie. Et comme je l’ai dit, quelle est cette obsession à vouloir vacciner la planète entière pour un virus, rappelons-le qui ne tue que 0,02% de la population mondiale. Alors arrêtons de gaspiller l’argent publique pour la recherche de vaccin qui ne sera pas efficace puisque le virus mute.

A plus long terme, communiquer sur les vrais sujets de santé : une médecine préventive, respectueuse de l’être humain avec une prise en charge personnalisée. Communiquez plus efficacement sur la manière de boostez son système immunitaire pour ne pas tomber malade grâce à une alimentation saine, la pratique d’une activité physique, la gestion du stress, la supplémentation en vitamine D, etc. (La réalité c’est qu’il y a des personnes qui ne sont pas réceptives et préfèrent manger mal et prendre des médicaments. On ne peut pas forcer quelqu’un à être en bonne santé après tout. Par contre, il faudrait rendre accessible l’alimentation saine à tous.).

Statistiques

Ne pas déclarer des personnes décédées du Covid, sans preuves, ou si elles avaient un cancer ou d’autres comorbidités à la base.

Utiliser des statistiques cohérentes et ne gonflez pas les chiffres en comptant les personnes en réanimation dans le privée, en soin intensif, sur un total de lit de réanimation public… ça n’a aucun sens. Voici des indicateurs qui ont du sens :
Nbe de personnes en réanimation (public + privé) / Total des lits de réanimation (public + privé)
Nbe de personnes en réa. + soins intensif (public + privé) / Total des lits réa + soins intensifs (public + privé)

Arrêter d’utiliser le nombre de cas pour prendre vos décisions. Le nombre de cas n’est pas le nombre de personnes malades et encore moins le nombre de personnes décédées ! Harmonisez le coefficient d’amplification des tests utilisé dans tout le pays et choisissez un coefficient pertinent qui ne gonfleraient pas artificiellement le nombre de cas positifs. Et par pitié, arrêtez de gaspiller l’argent public.

Prévention

Privilégier le télétravail si la circulation du virus est intense, lorsque cela est possible en veillant à ce qu’il soit fait dans de bonnes conditions.

Faire des actions de communications auprès de la population et dans les supermarchés et commerces pour le respect des règles d’hygiène (désinfection/lavage des mains, des paniers, des caddies, des distributeurs de produits alimentaires en vrac, des terminaux de paiement bancaires). Toutefois, il serait intéressant de voir l’impact sur la santé de l’utilisation quotidien de gel hydro alcoolique (affaiblissement du système immunitaire, problèmes dermatologiques, dangers chez la femme enceinte ?).
–> Un réseau d’observateurs de l’hygiène des mains a été créé. N’hésitez pas à remplir les formulaires pour contribuer à l’amélioration de l’hygiène des mains dans les magasins et les supermarchés ou au moment des repas.

S’assurer qu’il y ait du savon à disposition dans tous les bâtiments publiques et privés (toilettes) et que le ménage soit fait régulièrement.

Faire un test de mise en place de parois plexiglas mobiles entre les personnes ne vivant pas sous le même toit, dans les restaurants, bars. Puisque ce sont des lieux potentiels de propagation du virus (on discute sans masque).

Port du masque obligatoire et mesures d’hygiène stricts pour les personnes qui préparent les repas dans les restaurants, dans les zones où le virus circule fortement.

Faire des actions ciblées : par département, ville, quartier en fonction de la circulation du virus et pas de mise à l’arrêt de tout un pays. Décentralisez, laissez les ARS, les maires et les préfets gérer. Si on nomme un lieu de propagation et qu’on confine tout un pays il peut y avoir stigmatisation mais si on s’occupe uniquement du lieu de propagation sans « punir » tous les autres je ne pense pas qu’il y aura de problèmes.

Rechercher la présence de virus dans les eaux usées pour appuyer l’action ciblée. S’inspirer de l’unité COMETE du bataillon des marins-pompiers de Marseille (debriefing du contre-amiral Patrick Augier). Strasbourg a suivi avec le réseau Obepine.

Disposer de tests salivaires rapides et fiables pour réagir au plus vite face à la propagation du virus en isolant la personne détectée positive.

Protéger les personnes vulnérables (personnes âgées ou à risque) puisque ce sont elles qui sont plus susceptibles d’y faire une forme grave : port du masque FFP2? ou visière de protection? lorsque nécessaire mais pas en prolongé pour éviter une mauvaise oxygénation?, mesures d’hygiène, distances physiques, ventilation.

Installer des purificateurs d’air.

Occupons-nous de nos aînés correctement en augmentant les moyens humains et financiers. Laissez-les voir leurs proches non symptomatiques, avec distance physique et mesures d’hygiène, s’ils le décident, pour qu’ils ne meurent pas dans la solitude. Ma grand-mère me disait « on ne mérite pas de vivre aussi vieux », elle était déprimée alors si je pouvais lui rendre visite et lui donner de l’amour pour qu’elle parte plus heureuse c’est toujours mieux que de la laisser mourir dans la solitude.

Protéger nos enfants déjà bien en souffrance en supprimant le port du masque obligatoire à l’école qui n’a pas prouvé son efficacité. Les enfants ne meurent pas, sont peu contaminés et contaminants. Les parents doivent être entendus. N’hésitez pas à lire l’article complet concernant les enfants pour prendre connaissance des actions possibles et en cours.

On m’a transmis une étude qui infirme le paragraphe ci-dessus qui montre que les enfants peuvent être porteurs et contaminateurs. Il serait alors bon de proposer une alternative au masque, dans les villes où la circulation du virus est forte, avec le port de visières anti-projection, beaucoup plus efficace, en particulier pour les enfants, les enseignants, les malentendants. L’écran facial permet de protéger les yeux, porte d’entrée potentielle du virus et atténue fortement l’inhalation et la transmission de particules fines en comparaison avec le masque.

Ne pas nous imposer un mode de vie asiatique. Arrêter de nous rendre anxieux. Nous ne voulons pas que nos enfants grandissent dans un monde sans sourire. Nous ne voulons pas d’une société sans vie. Nous refusons ce bal masqué.

A plus long terme, revaloriser les salaires dans les métiers de la santé publique. Mettre en place une réserve sanitaire : des personnes formées qui pourraient travailler dans les hôpitaux en période de crise mais qui aurait un autre métier lors des périodes plus calmes (prise en compte de la rentabilité des activités hospitalières). Envoyer les étudiants en médecine « au front », en dernier recours. Une étude réalisée par la faculté de médecine de Strasbourg montre que les étudiants engagés étaient moins anxieux que les étudiants confinés. Enfin, écouter les retours d’expérience des acteurs du monde hospitalier pour lever certains blocages (administratifs, organisationnels, etc.).

Comme vous avez pu le constater, je ne recommande pas l’usage d’applications pour le traçage des malades. En effet, je n’adhère pas à l’usage d’outils de contrôles de la population, aussi justifié et bienfaisant soit-il, qui, tombés dans de mauvaises mains pourrait se retourner contre le peuple. Il suffit de voir ce qui se passe en Chine

N’hésitez pas à questionner, corriger, suggérer des solutions appuyées par des études ou des articles de sources fiables de préférence. Je pourrais ainsi les ajouter à la liste.

N.B. : Les idées en couleur grise ont été émises par un spécialiste de la santé au travail lors d’un groupe de travail avec le Comité Science Santé Société de Strasbourg.

2 reflexions sur “Mesures pour regagner la confiance du peuple

  1. Pingback: La folie douce du vaccin mondial contre la Covid19 | Destyneo

Laisser une réponse à Perrine Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *