Destyneo

Le zéro déchet, un nouveau mode de vie

Comme je vous l’indiquais dans l’article précédent, aller vers un mode de vie zéro déchet nécessite de nombreux changements. Il est important de pouvoir vivre ses valeurs, même si cela demande des efforts puisque nos habitudes sont bien ancrées depuis de nombreuses années. Il faut donc défaire pour refaire , désapprendre pour réapprendre : changer notre façon de consommer.

Refuser les déchets

La pyramide inversée du livre de Béa Johnson commence par : « Refuser ». Ainsi, lorsque vous vous promenez dans la rue, ou lorsque vous vous rendez à des événements, pensez à refuser les imprimés publicitaires, les cadeaux, les accessoires, les échantillons générateurs de déchets, si vous n’en avez pas réellement besoin.

Acheter les produits frais directement aux producteurs

Acheter ses produits frais au marché ou dans un réseau d’agriculteurs avec le système des paniers de légumes par exemple, évitera tout emballage superflu, souvent ajouté par les supermarchés. Lorsque vous faites vos courses, emportez votre chariot de course, vos sacs en tissu, un sac à dos et/ou des pochettes réutilisables, afin de supprimer l’usage des sacs en plastique.

De notre côté, nous achetons des produits frais au marché. Malheureusement, nous allons encore au supermarché pour certains produits.

Acheter en vrac

De nombreux magasins de vente en vrac ont vu le jour. Même quelques supermarchés se sont mis à proposer des rayons de vente en vrac face à la demande croissante d’une consommation plus responsable. Dans ce type de magasin, on peut venir avec ses propres contenants (bocaux, boîtes hermétiques, seau, etc.) et remplir les quantités souhaitées, toujours dans le but d’éliminer les emballages plastiques ou papier. Cela demande toutefois un peu d’effort, de logistique et de temps.

Le système de consigne, existant en Allemagne, pour certains produits, est pas mal, car on ne perd pas de temps à remplir chaque contenant. Pour les toulousains, pas d’efforts à faire dans ce sens, grâce au drive zéro déchet. L’enseigne se charge de remplir les bocaux pour ses clients. Après passage de la commande en ligne, il vous reste simplement à récupérer vos courses et à ramener vos anciens bocaux. Un concept qui motiverait peut-être plus de gens à se lancer dans l’aventure zéro déchet! Signez la pétition pour le retour de la consigne.

Personnellement, je me rends aux magasins qui proposent de la vente en vrac (Day by Day ou Biocoop) pour acheter certains produits d’entretien (bicarbonate de soude, percarbonate de soude), des produits d’hygiène (savons, shampoing et dentifrice solides), des féculents (pâtes, riz, lentilles, etc.), des épices (curcuma, persil, etc.), des apéros (pistaches, cacahuètes, etc.), et des ingrédients pour faire de la pâtisserie (noisettes, farine, etc.).

Acheter des objets réutilisables, lavables

Plutôt que d’acheter du matériel jetable, essayez de trouver une alternative réutilisable et lavable.

Vous pourrez suivre ma démarche vers le zéro déchet, que je mettrai en ligne, pour trouver des alternatives, ou vous inspirer des autres acteurs du zéro déchet.

Acheter, vendre et donner ses vêtements, meubles et autres équipements d’occasion

Avant tout achat, regardez si vous ne trouvez pas le même produit sur des sites de vente entre particuliers, dans des marchés aux puces, des vides greniers, etc. Plutôt que de participer à la société de consommation, pourquoi ne pas réutiliser, donner une seconde vie à un produit qui ne trouve plus l’utilité chez son voisin ? En plus, vous ferez de sacrés économies !

Vous-même, faites le tri au moins une fois par an de ce que vous n’utilisez pas. Vous pourrez ainsi vendre ou donner vos affaires et faire des heureux!

Par souci de praticité (meuble imposant), ou parce que nous n’avons pas trouvé le modèle ou la couleur que nous avions en tête sur les sites de vente entre particuliers, nous avons acheté certains meubles en neuf (armoire, table de nuit, étagère, meubles de cuisine, etc.). Mais en règle générale, je cherche toujours si ce que je souhaite acheter n’est pas disponible en occasion et moins cher. Nous avons ainsi acheté commode, étagère, bureau, chambre du bébé, meubles de salon via Leboncoin. Quant aux équipements et vêtements de bébé qui seront utilisés et portés si peu de temps, j’ai fait plein de bonnes affaires dans les bourses aux vêtements, les marchés aux puces et sur Vinted ! Les cartons que je reçois suite aux achats Vinted sont réutilisés pour vendre moi-même les produits dont je n’ai plus besoin.
Il y a également d’autres endroits pour consommer en seconde main comme Emmaus, Envie, Oxfam, etc.

Réparer ses affaires

Au lieu de jeter nos vêtements, nous pourrions peut-être faire un peu de couture? Concernant les objets, les équipements, les meubles ne vaudrait-il pas mieux d’essayer de les réparer pour rallonger leur vie plutôt que de les jeter ? Souvent on ne sait pas comment réparer ses affaires, on ne sait pas où aller les faire réparer, ou c’est parfois plus couteux que de les racheter neuf, donc on peut vite choisir la solution de facilité : jeter et racheter.

J’ai l’habitude de faire changer chaque pièce pour mon vélo ou ma voiture lorsqu’il y a le besoin donc je pense qu’il faut prendre la même habitude avec les autres affaires.
Concernant les vêtements, je recouds uniquement si le trou se trouve sur la couture. Sinon je les mets au recyclage ou les donne à une association.
Il m’est déjà arrivé de faire changer la batterie d’un téléphone portable. Et lorsque mon écran s’est cassé suite à une chute, je l’ai fait changer dans une boutique de réparation de téléphone. Après ce dernier épisode, je n’ai plus jamais fait cet erreur d’avoir un téléphone sans protection en verre trempé et sans coque.
Nous avions décidé d’acheter une armoire d’occasion, les planches fines à l’arrière étaient abimées. Nous avons simplement pris les mesures pour en chercher des similaires chez Leroy Merlin à la découpe.

Protéger son matériel

Comme je l’ai mentionné dans mon exemple ci-dessus, pour allonger la durée de vie de nos affaires il est nécessaire de les protéger : verre trempée, coque de protection pour les téléphones; housse de protection pour les appareils photos et les ordinateurs portables; etc.

Prêter ou louer ses objets

Vous pouvez prêter vos outils ou vos appareils électroménagers (machine à raclette, à crêpes, etc.) que vous n’utilisez pas au quotidien à vos amis ou à vos voisins. Cela évitera que chacun achète un produit pour l’utiliser une fois par an. 

Il existe aussi des sites internet de location entre particuliers (LVP et ouicar pour les véhicules, location entre voisins, bricolib ou encore je loue tout pour les outils ou autres objets).

J’ai également entendu parler de nouveau mode de vie dans des écohabitats participatifs où il y a des espaces mutualisées. Par exemple, au lieu d’être propriétaire de sa propre machine à laver, il y a une buanderie commune pour tous les habitants de l’immeuble avec quelques machines à laver. On pourrait alors se dire qu’il serait préférable d’aller laver son linge dans des laveries plutôt que d’investir dans une machine à laver, mais ce n’est pas très pratique…

Composter, Recycler le reste

Selon les efforts réalisés, il vous restera ou non des déchets. Pensez à bien trier les déchets dans les différentes poubelles, bennes et à la déchetterie en fonction des règles de votre commune.

Changer sa façon de consommer demande parfois un effort et prend du temps. Au lieu d’aller au supermarché où l’on trouve de tout, il faut se rendre à différents endroits. Au lieu d’acheter des plats ou des produits tout prêts, on va se tendre vers des préparations plutôt faites maison. Au lieu de consommer, jeter, il faut penser à transporter ses propres sacs et ses propres contenants; faire réparer. A l’inverse, changer sa manière de consommer, peut aussi nous soulager car on achète moins de choses, on revient à l’essentiel (plus besoin de porter les packs d’eau par exemple). A chacun de trouver l’équilibre entre les avantages et les inconvénients de chaque option. Ce sont juste des nouvelles habitudes à prendre 🙂

Trouvez-vous contraignant le mode de vie zéro déchet ? Est-ce que ça vous donne quand même envie de relever le défi ? Déjà adepte, vous y êtes-vous habitué facilement ? Avez-vous essayé puis laissé tomber ? N’hésitez pas à donner votre avis dans les commentaires ci-dessous 😉

~ Le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas ~

Une réflexion au sujet de “Le zéro déchet, un nouveau mode de vie

  1. Денис

    Pour Mme Lamontagne, instigatrice de la page Facebook Tendre vers le Zero dechet, ce mode de vie remet les valeurs et les habitudes des gens en question. C’est l’une des raisons pour laquelle ce virage peut etre long avant d’etre applique. «?Il faut penser a l’impact que chaque choix apporte?», dit celle qui a change ses habitudes de consommation il y a six ans.

Laisser une réponse à Денис Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *